Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Culture / Bibliothèque

Bibliothèque

Bienvenue sur le site officiel de la Bibliothèque de la Commune de Ferrières, implantation de XHORIS !

 

HORAIRE :

 

Mercredi et vendredi de 14 à 17 heures

Samedi de 10 à 12h.

 

La bibliothèque sera fermée du 1ier ai 21 août 2021 inclus.

 
 

Mesures covid :

 

distanciation physique, port du masque.

 

Route de Hamoir 34
4190 FERRIERES (Xhoris)

Christine HARDY

04/369 29 26

YmlibGlvdGhlcXVlQGZlcnJpZXJlcy5iZQ==

toutes les collections des 8 bibliothèques du réseau Ourthe-Amblève sur www.catalogueboa.be

 


 

 

Présentation et réglement :

 

La bibliothèque de Xhoris fait partie des huit bibliothèques du réseau Ourthe-Amblève. Elle pratique les mêmes conditions générales : l'inscription est individuelle et incessible. Elle est gratuite jusqu'à 18 ans. L'affiliation annuelle est de 5 euros pour les plus de 18 ans.

Le prêt est gratuit et limité à 15 documents par personne pour tout le réseau. Il est consenti pour 4 semaines. Un maximum de 2 prolongations de 2 semaines peut être demandé (par téléphone ou par mail).

En cas de perte, vol ou détérioration d'un document, celui-ci doit être remplacé ou remboursé.

Attention ! Tout retard dans la restitution des documents entraîne des amendes.

Notre équipe:

 

Christine Hardy, Historienne de l'Art de l'ULg

 

Depuis sa réouverture à la mi-mai 2018, la bibliothèque de Xhoris propose aux lecteurs de tous âges un nouveau choix de livres abordant un très large éventail de sujets.La signalétique et la classification ont été améliorées pour faciliter le repérage des ouvrages et l’homogénéité des collections. De nouvelles catégories ont été créées, en fonction des attentes de nos lecteurs et de l’actualité littéraire: Voyages (guides, etc), Histoire de l’art, archéologie et esthétique, Anthropologie, Ethnologie, Psychologie, Développement personnel, Jardinage et permaculture, Ecologie, Ethologie, Livres pour les enfants DYS, Essais, Récits, Traités, Littératures étrangères, Dictionnaires et outils de la langue française (synonymes, conjugaison, grammaire, difficultés), le coin des prix Goncourt et Goncourt des lycéens, Nobel de littérature, Fémina,  Victor-Rossel, du Premier roman, Médicis, etc. Les nouveautés  prennent place en tête de gondole, afin de suggérer des ouvrages aux lecteurs et lectrices en quête de découvertes.

 

La bibliothèque de Xhoris, accueille aussi... Un E.P.N. (Espace Public Numérique) & une grainothèque :

 

La bibliothèque est équipée du wifi, d’une photocopieuse (10 cents/copie) et d’un ordinateur sur demande (Espace Public Numérique) afin de mieux répondre aux besoins des lecteurs.

La bibliothèque accueille également une grainothèque, agrémentée d’ouvrages sur la permaculture et la biodiversité.

 

 

Activités et animations :

 

En dehors des périodes liées au Covid et à ses répercussions, la bibliothèque (et /ou la salle polyvalente adjacente) est le cadre d'animations, de conférences, d'expositions, de concerts, d'ateliers de calligraphie chinoise. Carmen PECORARO sensibilise les enfants à la lecture et développe leur imaginaire pendant l'Heure du conte qu'elle anime - un vendredi sur deux (hors périodes de congés scolaires). Attention !  Les animations sont reportées à une date ultérieure en fonction de l'évolution de la pandémie.

 

 

 

 

 

 

 

Actualité littéraire et chronique culturelle de juillet et août 2021 :

 

« Je voulais descendre de cheval. C’est parfait, je suis tombé »

Proverbe italien

 

Conseils lectures:

 

Du côté des romans :

 

Quels romans emporter dans ses bagages cet été ? Certainement le dernier volume de la saga des « Sept Soeurs » de Lucinda RILEY, la trilogie de la « Villa aux étoffes » d’Anne JACOBS, « La Datcha » d’Agnès MARTIN-LUGAND, « La Princesse au petit moi », la nouvelle enquête du sympathique consul de France Aurel, signée Jean-Christophe RUFFIN, « Trois » de Valérie PERRIN, « Le Tourbillon de la vie » d’Aurélie VALOGNE, « Les Enfants sont rois » de Delphine de VIGAN, « Kerozène » d’Adeline DIEUDONNE, « Biberon, vodka et déambulateur » de Céline HOLYNSKI ou encore « Instagrammable », le dernier roman de Juliette ABECASSIS sur l’emprise des réseaux sociaux et dont le scénario est inspiré des « Liaisons dangereuses ».

 

En littérature, le Prix Première 2021 a été attribué au « Démon de la colline aux loups », premier roman prometteur du chroniqueur judiciaire Dimitri ROUCHON-BORIE, qui s’est inspiré de son expérience auprès des tribunaux pour évoquer l’enfance abusée d’un détenu accédant à une sorte de rédemption par l’écriture. D’une belle plume cristalline, « Un bref instant de splendeur », du poète, essayiste et romancier vietnamo-américain Ocean VUONG, se présente comme une lettre adressée à sa mère illettrée qui ne pourra donc jamais la lire. Inscrite en liste noire par le gouvernement sud-coréen, la romancière et militante pour la paix Han KANG publie « La Végétarienne », troublant récit divisé en triptyque, à la fois cruel et poétique. Fatou DIOME renoue avec la nouvelle dans « De quoi aimer vivre ». Initié par la proposition d’une nuit blanche à la pointe de la Douane, à Venise, dans les collections d’art de la Fondation Pinault, « Le Parfum des fleurs la nuit » de Leila SLIMANI nous invite à un voyage intime, identitaire, entre Orient et Occident. Enfin, le comédien Édouard BAER se livre à un exercice très réussi dans sa pièce de théâtre qui se lit comme un roman au titre inspiré « Les Élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce »...

 

Avec « Sous la ceinture », Philippe GUSTIN vient de remporter le Prix Fintro Écritures noires 2020 : son récit bien rythmé est fondé sur des histoires croisées mettant en scène, non sans humour, suprémacistes et djihadistes. Mention particulière aussi pour un ancien Ferrusien, Jean-Marc CAPITAINE, auteur de « Qui s’est fait Laperre ? », polar qui emmène son lecteur dans le monde d’une entreprise publique énergétique belge secouée par une affaire de meurtre.

S’il y a des drames dont on ne peut se libérer, l’écriture peut servir de catharsis et répondre à un besoin impérieux… "Certaines étoiles brillent plus fort", c'est le titre du roman écrit par Madeleine BOSLY, la maman de Jules et Timothé, sauvagement massacrés par leur père en 2017 à Liège. Il ne s’agit pas de la retranscription du procès d’assises, mais d’un récit de vie romancé, d’un hommage et d’une déclaration d’amour d’une mère à ses enfants assassinés. Disponible à la Librairie du Bâti et à la bibliothèque de Xhoris.

 

Des lectures pour nous libérer des stéréotypes :

 

Si la psychologie positive est à la mode, c’est avec un esprit critique bien affûté que la philosophe Julia de FUNES fustige l’escroquerie du développement personnel dans « Développement (im)personnel. Le succès d’une imposture ».

 

Des lectures pour élargir nos horizons :

 

Photographe naturaliste, Geoffroy DELORME publie aux Arènes « L’Homme-chevreuil », le récit de sept années passées en immersion dans la forêt normande. Déscolarisé dès l’âge de 11 ans, il s’évade la nuit pour se balader seul dans la forêt. A 19 ans, Geoffroy DELORME débute sa vie en autonomie dans la forêt et partage le quotidien de ses amis cervidés. Ni guide de survivalisme ni pamphlet écologique, son livre constitue un témoignage bienveillant à l’égard du sauvage.

 

Beaux livres :

 

Au-delà du titre (et de l’image) provocateur, « Pour en finir avec la nature morte » de Louise BERTRAND-DORLEAC revisite ce genre pictural comme lieu du dialogue entre le vivant et le non-vivant, et établit des correspondances entre les arts contemporains et les arts anciens.

 

Les mains dans la Terre :

 

A travers « Le Petit guide des plantes mellifères », Laurent RENAULT présente de manière pragmatique nonante fiches descriptives de fleurs pour favoriser la biodiversité et nourrir les abeilles et insectes butineurs dans vos jardins.

 

Département jeunesse :

 

Le Prix Première Victor du Livre Jeunesse 2021 a été attribué à « Cassius » de Catherine LOCANDRO, qui relate le destin exceptionnel du boxeur Mohamed ALI, dans les années 1950 aux États-Unis alors en proie au ségrégationnisme.

 

Alors que s’est clôt la session piano du Concours Reine Elisabeth, c’est l’occasion de sensibiliser les enfants à la musique classique. Les Éditions Didier Jeunesse proposent dans ce cadre des livres accompagnés de CD-audio.

 

 

Les activités de la bibliothèque : Exposition des oeuvres numériques de Christian CHAUFHEID

Durant les mois de mai, juin et juillet 2021, les œuvres numériques de Christian CHAUFHEID, de Xhoris, seront exposées à la bibliothèque (voir article dans l’Info-Ferrières N°49 de février 2021). Accès libre durant les heures d’ouverture.

Christian CHAUFHEID, de Xhoris, s’est en effet rapidement imposé dans le domaine de la création numérique où il est arrivé de manière autodidacte. Amateur de science-fiction, d’informatique et de dessins en 3 D, Christian s’est découvert une passion pour cette discipline à la suite d’une séance d’hypnose : troublé par cette expérience, il a éprouvé le besoin de l’exprimer à travers un support visuel. Très vite, il a évolué de compositions en partie figuratives à l’abstraction, tandis que se forgeait son style empreint d’un sens inné des accords chromatiques et du rythme dynamique. Un intense sentiment de plénitude et une vertigineuse profondeur de champ émanent de ses créations élaborées point par point, plan après plan, fruit d’un travail conséquent de combinaisons. Elles plongent leur spectateur dans un état contemplatif, ouvrent la voie à l’imaginaire et l’invitent dans un univers onirique où se déploient en volutes colorées d’impétueuses courbes et contre-courbes. Christian enchaîne les expositions en Belgique et à l’étranger, où ses œuvres ont été saluées par de nombreuses reconnaissances et critiques.

 

Nos artistes et artisans :

 

Nouveau : Parce que sans culture, il n’y a pas d’avenir ! Vous êtes à l’honneur dans cette rubrique…

Cette année 2021, les Journées du Patrimoine s’articulent autour du thème de la Femme et du Patrimoine. C’est donc à une figure importante mais méconnue de la Révolution française que cette rubrique est consacrée : Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt, dont la vie trépidante débute en 1762 à Marcourt où elle voit le jour. A la suite du décès de sa mère, elle est ballottée d’un foyer à l’autre avant de se retrouver à Xhoris chez ses grands-parents paternels qui lui confient de lourds travaux fermiers. Mais son destin prend une autre inflexion lorsqu’en 1778, elle entre comme dame de compagnie au service d’une bourgeoise d’Anvers qui lui offre l’opportunité d’apprendre la musique, le chant et l’écriture. Après quelques péripéties sentimentales, Anne-Josèphe se retrouve à Paris en mai 1789 et se prend de passion pour la Révolution. Être une femme et se mêler de politique n’est alors pas chose aisée, c’est pourquoi elle choisit de se déguiser en amazone pour se fondre dans les assemblées. Elle francise son patronyme : Terwagne devient Théroigne. Sa notoriété se répand et on l’évoque sous le qualificatif de « Belle Liégeoise ». Plus de trois siècles après, c’est cette dénomination qui sera choisie pour baptiser la nouvelle passerelle cyclo-pédestre qui relie aujourd’hui le parc de la Boverie au quartier des Guillemins à Liège.

Illustration : « Théroigne en Amazone écarlate de l’Histoire », 1817, portrait par Denis Auguste Marie Raffet (1804-1860).

 

Anne-Josèphe tient un salon dans son hôtel particulier fréquenté par des journalistes, des écrivains et des révolutionnaires. Elle devient la cible des conservateurs et des royalistes. Victime de calomnies et de railleries, elle doit fuir Paris où sa sécurité est menacée et se réfugie à Marcourt. Lors d’une kermesse villageoise à Xhoris, le Baron de Sélys la convie au château de Fanson. En 1791, alors que les troupes autrichiennes reviennent à Liège, Anne-Josèphe s’installe dans le quartier de la Boverie. Suspectée d’espionnage et de participation aux journées d’octobre, elle est enlevée par des mercenaires au service du Comte François-Claude de Mercy-Argenteau, un proche de Marie-Antoinette, et emprisonnée dans la forteresse de Kufstein, dans le Tyrol. Après sa libération, on la retrouve à Paris en 1792 où elle mène un combat féministe, prônant la constitution de phalanges d’amazones. Elle sera aliénée le 20 septembre 1794, et s’éteindra le 8 juin 1817 à La Salpétrière.

 

Bibliographie :

 

René HENRY, « Vertiges du passé », article paru dans Les Annonces en juin 2013.

Georges LAPORT, « La vie trépidante de Théroigne de Méricourt », Ed. De la Soc. des écrivains ardennais, 1931, Charleville.

 

  

 

Bienvenue à toutes et tous !

 

Bibliothèque de Ferrières, implantation de Xhoris

Réseau des Bibliothèques Ourthe-Amblève

Christine HARDY
BIBLIOTHEQUE DE XHORIS
Route de Hamoir, 34
4190 XHORIS
Tél. : 04 369 29 26
YmlibGlvdGhlcXVlQGZlcnJpZXJlcy5iZQ==

Heures d’ouverture au public : mercredi et vendredi de 14 à 17h, samedi de 10 à 12 h.
Par téléphone : également le mardi de 8h30 à 16h et le jeudi de 8h30 à 11h30.

Catalogue en ligne : www.catalogueboa.be
Espace Public Numérique : la bibliothèque dispose du wifi et d’une photocopieuse (10 cents/p.).

 

 

 

BIBLIOBUS